مستجـدات النشـرة
نُشر حديثًا

الموت يغيب اليوم الفنان المصري جميل راتب وهذه هي وصيته قبل أن يسلم الروح لبارئها


النشـرة الفنيـة

رحيـل فنـان
الموت يغيب اليوم الفنان المصري جميل راتب




وهذه هي وصيته قبل أن يسلم الروح لبارئها



النشـرة الإخبـارية / (وكـالات)


أعلن هاني التهامي مدير أعمال الفنان الراحل، جميل راتب، عن اللحظات الأخيرة في حياته، وأكد أنه توفي الساعة 05:40 من صباح اليوم، وأشار التهامي إلى أن صلاة الجنازة على الفنان الراحل سوف تكون عقب صلاة ظهر اليوم الأربعاء، مؤكدا على أن الفنان كان قد طلب في وصيته ألا يكون هناك عزاء له.



وولد الفنان الراحل لأب مصري وأم مصرية صعيدية ترتبط بصلة قرابة بالناشطة المصرية الشهيرة هدى شعراوي (1879-1947)، في أسرة محافظة ميسورة الحال. وبعد انتهائه من الثانوية العامة (التوجيهي)، دخل مدرسة الحقوق الفرنسية، ثم سافر بعد السنة الأولى إلى باريس لاستكمال دراسته.



لن تنسى شاشة السينما أو التليفزيون تلك الملامح البريئة الطيبة والمعقدة والشريرة في آن واحد، فقد حفر جميل راتب بتلك الملامح شخصياته التي جسدها في وعي المشاهد المصري والعربي. كما لن ينسى الجمهور ابتسامته المتهكمة الساخرة التي تنقل تعقيد العالم من حولنا، وتنقل جدلية الشر الذي لا يخلو من
مبادئ راسخة بداخله، تعكس رحلة نشأة البطل الشرير، لذلك تميّز جميل راتب وقبله عادل أدهم ومحمود المليجي وتوفيق الدقن، في إحياء تلك الأدوار التي تتميز بالتجسيد الغني والعميق الذي يغوص داخل الشخصية، ولا يكتفي بملامحها الخارجية فحسب.

هل تتجه فرنسا إلى الكشف عن الحقيقة في اغتيال المهدي بن بركة؟


النشـرة السياسيـة

 تقاريـر النشـرة 
هل تتجه فرنسا إلى الكشف عن الحقيقة في اغتيال المهدي بن بركة؟


بعد اعتراف الرئيس ماكرون بمسؤولية فرنسا في مقتل واختفاء مواطنها موريس أودان

عائلة بن بركة سارعت إلى مطالبة الرئيس ماكرون بحقيقة اغتيال المعارض المغربي المهدي بن بركة

                                                                                                          
النشـرة الإخبـارية

 في سياق اعتراف الرئيس الفرنسي إيمانويل ماكرون، بمسؤولية بلاده عن مقتل واختفاء موريس أودان، أستاذ الرياضيات والمناضل الشيوعي الذي عذبه الجيش الفرنسي، عام 1957، خلال حرب الجزائر، بادرت  ائلة المعارض اليساري المغربي الشهيد المهدي بن بركة، الذي اختفى في باريس عام 1965، بالمطالبة برفع سرية الدفاع عن الوثائق المتعلقة بقضية والدهم.

البشير نجل المهدي بن بركة قال في لقاء مع إذاعة فرنسا الدولية  (RFI)، أن الرئيس الفرنسي مطالب برفع السرية عن الوثائق المتعلقة بقضية اختفاء والده في فرنسا يوم 29 أكتوبر 1965، وأضاف أن الدولة الفرنسية لعبت دوراً أساسياً في عملية الاختطاف.

البشير نجل المهدي بن بركة
وقال البشير بن بركة إن:"القرار الأخير الذي اتخذه ماكرون باسم الدولة الفرنسية، يشكل خطوة كبيرة إلى الأمام في هذا العمل المتعلق بالذاكرة والحقيقة، وأن الوقت قد حان لأن تتمكن قضايا أخرى من الاستفادة من هذا الانفتاح، داعياً العدالة الفرنسية إلى تسليط الضوء على مصير والده".
إلى ذلك فقد لفت البشير بن بركة، إلى أن ماكرون باعتباره سلطة عليا، يمكنه رفع السرية عن جميع الوثائق، بما في ذلك تلك المتعلقة بقضية اغتيال والده المهدي بن بركة.

بنحليب هداف النسر الأخضر


النشـرة الرياضيـة

مهاجم الرجاء البيضاوي



محمود بنحليب هداف النسر الأخضر في كأس الكونفدرالية









مهاجم الرجاء البيضاوي وهداف منافسة كأس الكونفدرالية الإفريقية ب11 هدفا، محمود بنحليب
يتوق لاعتلاء الصدارة في ترتيب هدافي مسابقة الكونفدرالية الإفريقية.

النشـرة الإخبـارية

Hommage historique à Chaïbia digne de son calibre artistique

Légende: Chaibia en compagnie  de Madame  Fabius, Jacques Lang
 et Truch, grand palais FIAC de Paris,1984  (archive : Galerie Alif Ba)

النشـرة الفنيـة

 تشكيـل
 
Sur les pas des précurseurs de la peinture moderne au Maroc

 
Hommage historique à Chaïbia digne de son calibre artistique
    النشـرة الإخبـارية
Dr.Cheikh Abdellah  

A l’unanimité, tous les passionnés et amateurs  d’art s’accordent à dire que le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI) est dans son devoir institutionnel  d’inaugurer la rentrée 2018-2019 par une exposition rétrospective de  l'artiste peintre Chaïbia Tallal(1929-2004), figure légendaire  de l'art moderne  qui nous a  légué  une œuvre prolifique et rayonnante  dont la réputation a dépassé la frontière. Reconnaissance  historique  oblige,  et ce suite au cycle des expositions commémoratives immortalisant le parcours créatif des précurseurs au Maroc à l’image de Ahmed Cherkaoui et de Mohamed Amine Demnati, disparus à la fleur de l’âge.
 Peintre humaniste, poétesse illuminée et imagière d'un renouveau de la picturalité marocaine… Chaïbia a été tout cela à la fois. Un parcours monumental qui éternise  la mémoire tatouée de cette géante et pionnière en matière d'art brut: « Elle a croisé sur son chemin nomade, Matisse, Klee, Picasso et Van Gogh. Elle a appris qu’elle appartenait à un pays, une époque de ce pays fertile en génies picturaux avec un Cherkaoui en tête de la caravane dorée.», a écrit André Laude , grand poète  et écrivain français.
L’immense Chaïbia demeure une mémoire collective vivante et un précieux patrimoine immatériel.  Ses expositions inaugurales  au Maroc et à l’étranger  dignes  d’un véritable musée  illustrant  quelques facettes représentatives  de sa vie artistique à l’échelle mondiale :  Affiches historiques  , écrits de référence,  toiles  et sérigraphies, tapis, films et témoignages audiovisuels , éditions d’art rares… Chaque  exposition-hommage  se veut une initiative qui met  à l'honneur la place de  la peinture et la création  du Maroc : Un véritable  hommage à la mémoire de l'art au Maroc et du monde entier.

En 1984, Feu SM Hassan II  a adressé à  Chaïbia une lettre  d’honneur dont voici un extrait :« Ces
tableaux qui témoignent du degré de perfection jamais atteint par l’art pictural marocain, grâce à votre labeur acharné et à votre ténacité opiniâtre de poursuivre avec constance, un effort de recherche soutenu  par une maîtrise adéquate de votre technique, honorent le Royaume. ».

Reconnaissance mondiale

En 1984,  Chaïbia  a été sélectionnée, à titre exclusif et honorifique, par   l’institut  Français d’Athènes  pour présenter  «  La  Femme et la Méditerranée » lors de l’exposition événementielle au Musée d’Athènes ( Grèce), cette exposition historique aété marquée par un nombre insondable de visiteurs concernés, toutes générations et  provenances confondues. 
 Par ses œuvres captivantes,   Chaïbia a inauguré le 16 juin 1984 le cycle des expositions del’espacehistorique L'Octogone de Montmorillon  (une chapelle romane cimétériale du XIIe siècle de la ville de Montmorillon (Vienne). Elle fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840).
En 1997, Chaïbia a inauguré également le  grand espace culturel et artistique « le Quartz »
 (Brest) dont l’exposition a drainé un grand nombre de visiteurs et passionnés d’art :«Madame, les habitants de Brest se sont réveillés avec vos couleurs », a écrit le directeur de cet espace prestigieux dans une lettre adressé à Chaïbia.
Source de fierté du Royaume et symbole d’une expression picturale éternellement  authentique, Chaïbia est une école de peinture en soi. Sans conteste, elle demeure parmi les artiste-peintres les plus célèbres de tous les temps au Maroc. Aujourd’hui, l’on parle encore de sa peinture, de cette école et ses rudiments, de son univers et ses composantes. Telle est l’histoire de la grande plasticienne Chaïbia . Impossible de parler de l’histoire de la peinture au Maroc sans citer son nom.
Georges Boudaille  en tant que critique d’art  et  commissaire a écrit  lors de  la participation de Chaïbia  à la Biennale Internationale des Arts à Paris (février 1978) : «  Quand la couleur jaillit spontanément du cœur, le trait ne doit pas la trahir : il doit sauvegarder l’émotion jusque dans  le contour et sa maladresse tremblée devient une qualité. L’hésitation qui tend à signifier ne nuit pas à la force et les formes et les couleurs ne font plus qu’un. Elles se confondent dans une synthèse intime, à l’image de l’harmonie qui règne dans le cœur du peintre. Félicitons-nous que le Maroc honore ses artistes et souhaitons qu’il y en ait beaucoup de la qualité de Chaïbia ».

Consécration au pluriel

A titre de consécration à l’échelle mondiale, Chaïbia été sélectionnée par La Direction des Editeurs de l’American Biographical Institute  fondée en en 1967   ,  tout en remportant  le prix de distinction pour Action de Chef  de File
 ( Distinguished Leadership Award)  au titre  de la première édition du   Répertoire International des Chefs de File, et  ce  pour  sa  grande contribution aux arts : « c’est une tache difficile que de sélectionner un nombre limité de personnes ayant un rôle éminent parmi la population du monde entier. La Direction des Editeurs de l’American Biographical Institute  a choisi pour cette première édition commémorative  de l’International  Directory of Distinguiched Leadership, le groupe qui à son avis est le plus méritoire parmi les femmes et les hommes les plus connus. Plus que six mille noms figurent dans cette première édition. Des exemplaires de cette première édition commémorative, qui seront  distribués dans le monde entier, seront utilisés par les bibliothécaires, les historiens, les biographes et les lecteurs en général comme source faisant foi  sur les chefs de file de notre temps. Beaucoup de noms  cités dans ce volume n’ont pas  encore été cités  dans les who’s  who d’autres éditeurs. Puissent les succès qu’on trouve dans ces pages inciter d’autres à lutter dans un but supérieur pour construire des communautés et des nations où il fasse bon vivre. », affirme  la dite Direction.
 Dans le cadre de cette première édition,  le nom de Chaïbia  figure parmi les grands ténors de l’art mondial  en l’occurrence  Victor Vasarely ( 1906-1997)  reconnu comme étant le père de l' "Op art" _art optique_ qui a développé  son propre modèle d'art abstrait géométrique, travaillant dans divers matériau_, mais employant un nombre minimal de formes et de couleurs.  Ce n’est pas un hasard, donc, que Chaïbia est nommée députée au Parlement Mondial de la Sûreté et de la Paix avec un passeport diplomatique délivré par le conseil mondial de la paix et de la sécurité. En 2012,   elle figure dans « Encyclopedia of the Mideast and North Africa » (volume 4) par Indiana University Press et  dans Oxford University Press (New York): « Dictionary of African Biography » par Osire Glasier( History Department).  Dans  cet ouvrage de référence, Osire Glasier a écrit un article de référence dont voici un extrait:  « Chaïbia Tallal a été sans conteste la plus célèbre peintre du Maroc du 20 ème  siècle. De plus, elle  figure  parmi les grands  peintres  du  monde,  au  même  titre  que  Miro, Picasso  et  Modigliani, pour ne citer que ceux-là. Aussi, elle est la seule peintre du Maroc dont les oeuvres sont cotées à la bourse. Il faut dire que ces tableaux peuvent se vendre  jusqu'à un million de dirhams pour un grand format(…). Le succès de Chaïbia a été fulgurant. La mahboula, la folle du petit village de Chtouka séduit un grand public entre autres à Copenhagen, Frankfort, Ibiza, Tunis, Brésil, Rotterdam, Irak, Barcelone, Nouvelle-Zélande et Beverly Hills. Les grands critiques d’art ont consacré Chaïbia grande peintre du 20ème siècle, d’ailleurs avec raison puisque les œuvres de cette dernière côtoient celles de Miro, Picasso et Modigliani pour ne citer que ceux-là. Aussi, dès 1971, Chaïbia  figure dans le Larousse de l’art dans le monde ; et en 1977, elle entre dans le dictionnaire de référence Bézénit (…) Et s’il faut à tout pris classifier ce style, certains critiques s’accordent pour dire qu’on est en présence d’un « art brut », c’est - à -dire un idéal plastique tel que préconisé par le mouvement européen Cobra en 1945, à savoir un art dégagé de toute influence savante, culturelle et historique .En réalité, le style de Chaïbia est inclassable. Plus tard, on dit un « Chaïbia » comme on dit un « Picasso »…mais aussi comme on vend un « Picasso » : Chaïbia  est la seule peintre marocaine à être cotée en bourse ;et les collectionneurs sont prêts à débourser la bagatelle d’un million de dirhams pour acquérir une seule de ses toiles !   Chaïbia Talla s’éteint à Casablanca en 2004, à l’âge de soixante quinze ans, suite à une crise cardiaque. Elle  a livré à la postérité une abondante production artistique. Ses toiles alimentent les collections de nombreux Etats, dont la France, l’Italie, le Japon, la Suisse, l’Inde, Haïti, l’Australie, la Grande Bretagne et les Etats –Unis. Ses toiles alimentent également les plus grandes collections privées du monde, dont celle du Roi du Maroc, et celles d’autres collectionneurs entre autres en France, Italie, Liban, Egypte, Inde, Canada, Espagne, Suisse, Hollande, Belgique, Haïti, Japon, Suède, Danemark, Allemagne, Australie, Etats-Unis, Grande Bretagne, Nouvelle-Zélande, et Afrique du sud. Somme toute, la mahboula de Chtouka a été une baraka, une grâce pour le Maroc entier.».
Cette consécration distinctive  au pluriel  a été  marquée aussi  par l’obtention avec mérite  « the Cultural Doctorate in Fine Arts » (World University Press).  Elle a été le sujet de prédilection des  articles et  des  couvertures des magazines les plus prestigieux : L’œil, Connaissance des arts, Artension, L’officiel, Elle, etc. Dans les ventes aux enchères internationales, Chaïbia se retrouve systématiquement dans les mêmes lots que Picasso, Braque, Miro, Appel, Dubuffet et autre Tinguely. Seule représentante féminine de l’art pictural du XXème siècle à la côtoyer dans les catalogues : Sonia Delaunay (1885-1979).

"Chaibiesques" honoré au Grand Palais-Champs Elysées


Dans le cadre du Salon international du Livre ancien et de bibliophilie organisé  en 2009 par le Syndicat national de la librairie ancienne et moderne et la Chambre nationale de l’estampe, Quadra’Art  Léoda Scale a présenté au Grand Palais-Champs Elysées à Paris le recueil de poèmes inédits de  Chaïbia transcrits par Marc de Gouvenin et illustrés par le grand maître verrier Michel Barbault, qui a été sélectionné parmi les 10 meilleurs illustrateurs mondiaux . Cet artiste de renom a fait 30 exemplaires de ce beau livre intitulé «Chaibiesques » dont chacun est réalisé entièrement à la main selon l’esprit du texte, signé et numéroté : 36 pages, 13 poèmes, 17 illustrations plus la couverture (peinture à l’huile et collages, papier Arches à la forme, texte sur Rivoli marouflés composé en Zapfino, format 31 X 40, dos carré, sous coffret). 
 Ce livre d’art  a remporté  le  prix d’Albert Camus  de l’illustration annoncé dans le cadre des 6ème journées du livre ancien et de la bibliophilie à Lourmarin, village d’Albert Camus. Sur le stand de Quadra’Art Léoda Scale, le recueil passionnant de Chaïbia a été entouré par d’autres ouvrages d’art illustrés par une pléiade distinguée d’artistes de renom, en l’occurrence Salvador Dali, Henri Matisse, Fernand Leger, Pierre Bonnard, Georges Braque, Chillida Eduardo, Jean Cocteau, Raoul Dufy, Maurice Denis, Joan Miro, Antoni Tapies, Victor Vasarely, Maurice de Vlaminck, Ossip Zadkine, Kisling Moise, et Louis Legrand. 
Il est à rappeler que cette manifestation a accueilli 150 libraires et 40 galeries d’art internationales. Elle a été marquée également par  la présence de plus de 35 000 visiteurs et invités y compris les responsables des sociétés de bibliophiles et les membres du jury, entre autres, Robert Gallimard, éditeur, Catherine Camus, fille d’Albert Camus, Claude Blaizot, grand libraire éditeur expert en livres illustrés, Frédéric Castaing, président du Syndicat de la librairie ancienne et moderne.
Le grand peintre brésilien Menelaw Sete rend hommage à Chaïbia
Près  de 15 ans après sa disparition, Chaïbia continue d’être une source d’inspiration pour les artistes du monde entier ! Le peintre brésilien Menelaw Sete lui  a  rend un hommage posthume dans sa première exposition au Maroc inaugurée le  28 Mars à Casablanca sous le signe  « Transculturalité et brassage », et ce  en présence de plusieurs personnalités officielles et artistiques, en autres, l’ambassadeur du Brésil au Maroc, son Excellence M. José Humberto de BritoCruz .On l’appelle le Picasso du Brésil, Menelaw Sete célébré pour ses formes et ses couleurs vives. Il s’est forgé une réputation internationale grâce à un style, celui du dessin  et des peintures mélangées. Il expose à travers les Musées et les grandes salles du monde entier. A New York, dans les pays d’Amérique du sud, en Europe, Menelaw Sete vit et travaille à Bahia dans le Salvador dans son studio de la Via Joao de Deus, au cœur de ce Pelourinho dont l’UNESCO a fait un Patrimoine universel de l’Humanité : «  Lorsque  j’ai  découvert pour la première fois  les œuvres de Chaïbia  à Bahya au Brésil en 1980,  j’ai ressenti tout de suite l’énergie qu’elle pouvait dégager. J’ai aussi aimé son émancipation, sa force, son envie de mettre la femme en avant. L’art brut  est d’ailleurs mon   point commun avec  le calibre mondial de Chaïbia … Mon  admiration est  traduite dans ma  toile "Sonhos de Chaïbia"…  Elle  est une grande  artiste, icône des arts plastiques marocains, qui a marqué l'époque, fait l'histoire et continue d'influencer les générations. J'ai choisi de lui rendre hommage pour la force de son travail et son art qui dépasse les frontières. La couleur, les formes gestuelles et les coups de pinceau pleins de messages sont dignes d'inspiration et de tous mes hommages. », confié Menelaw Sete.

 
Chaibia Super Star



 Lors de son exposition – événement à Rabat, la direction du Centre Culturel Français   a présenté  Chaïbia par  un  texte de référence  intitulé « Chaïbia Super Star»  dont  voici un extrait  révélateur à plusieurs titres: 
« C’est en ces termes percutants qu’INFO-SOIR, journal télévisé en langue française du Maroc, a annoncé, le lendemain de l’ouverture, l’exposition de la femme peintre Chaïbia  au Centre Culturel Français de Rabat. L’événement était d’importance:très connue en Europe, pensionnaire permanente d’une grande galerie parisienne, spécialement choyée à Grenoble à l’occasion des manifestations « Présence artistique du Maroc », appréciée dans son propre pays, Chaïbia n’avait pas exposé à rabat depuis 1977, malgré de nombreuses sollicitations.
IL faut donc la remercier doublement d’avoir fait sa rentrée dans la capitale sous l’égide du Centre Culturel Français. Elle y était désirée, attendue, et tout, locaux, affiches, invitations, avait été préparé pour l’accueillir en beauté. Elle apporta une œuvre à la mesure de cette attente.
Dès le début du vernissage, la foule des grands jours était au rendez-vous. De 17 à 21 heures près de mille personnes ont défilé dans le centre, séduites aussi bien par la force et la qualité de la peinture, brutale, précise, colorée (Chaïbia fait chanter les couleurs du Maroc ….) que par le charme personnel de l’artiste, reine recevant l’hommage de ses admirateurs.
Une grande première en cadeau : deux tapis lumineux, tissés dans le Mellah par une « ma’allema » (contremaîtresse) toute heureuse de « faire du Chaïbia» au lieu des éternels motifs traditionnels. Evènement commenté par toutes les tisseuses admiratives du quartier ! Et c’était bien de tapis qu’il s’agissait, non de tapisseries, pour pouvoir aussi « marcher dans la couleur » selon le vœu de leur créatrice.
Prévue pour deux semaines, l’exposition dut être légèrement prolongée. Le public le plus diversifié, toutes couches sociales confondues, a défilé sans cesse au Centre Culturel. Car, appréciée des connaisseurs, Chaïbia est peut-être le seul peintre marocain à être vraiment descendu dans la rue : si le chauffeur de taxi n’en connait qu’un, c’est elle. Les marocaines modestes lui sont gré d’avoir réussi pour elles. Elle plaît : par l’éternelle jeunesse de sa peinture, vision spontanée, non altérée ni édulcorée, qui jaillit, qui naît, qui coule de source. Elle séduit, par son amour des formes simples, drues, de la couleur dont elle use en grande gourmande, comme les enfants.
De sa main merveilleusement malhabile, Chaïbia sait raconter une histoire. Sans équivoque aucune, le pinceau révèle son monde, son enfance heureuse ou malheureuse, en tout cas éblouie. Elle se souvient, Chaïbia, et à son tour enchante ses visiteurs.
«Occident fatigué et blasé, tourmenté et sceptique, toi qui t’imagines encore être le phare du monde, regarde bien Chaïbia l’orientale dans l’explosion de ses couleurs magiques, c’est elle qui t’éblouira ! » commente le critique Pierre Brisset. Ce pourrait être le mot de la fin, s’il ne convenait d’ajouter qu’un éditeur de Rabat, séduit par l’exposition, envisage pour la rentrée de lancer sur le marché des kiosques et bureaux de tabac des cartes postales reproduisant des œuvres de Chaïbia. Saluons l’idée, en espérant qu’elle sera la première d’une série qui mettra vraiment l’art des peintres marocains à la portée de tous. ».
  
Critique d’art 

Complémentarité:Exposition collective des arts plastiques à Casablanca


النشـرة الفنيـة

 تشكيـل
Sous le signe "Complémentarité"




Exposition collective des arts plastiques à Casablanca


L’Association Bassamat  des Beaux Arts organise  en collaboration avec la Direction Régionale de la Culture Casablanca-Settat  une exposition collective sous le signe «Complémentarité»  à la galerie de ladite Direction, et ce du 27 septembre au 5 octobre 2018.

النشـرة الإخبـارية
Hassan Nour


Grâce à la qualité de  des  œuvres  des exposants  et aux valeurs nobles  qu’ils  soutiennent,  les  se sont forgés d’ une solide réputation et une grande crédibilité que confortent l'originalité, la pertinence et l’originalité. C'est dire l'importance de  cette exposition  -  forum qui s'est installée comme un rendez-vous incontournable pour les artistes   contemporains qui ont marqué  notre  paysage  plastique. Nous tenons  à saluer vivement  l'action  créative de tous les artistes participants  ( Ahmed Bouidi, MohamMed Karmad,  Abdelhak Salim, Abderrahman El Hanaoui, Rachid Zizi,  Karim Tabet, Bouchera Ziati, Said Mouslim,   Mohamed  karim   El Afia, Cheikh Hassan, Najat Moufid, Aziz Sahaba , Roukia Bella et Said Mesk ).  

artistes
Grâce à  leur dynamisme, à leur  engagement citoyen et à leur  dévouement pour les nobles idéaux de l’humanité, ont  contribué activement  au développement artistique durable, apportant  leur  pierre à l'édifice, celui du Maroc moderne, développé, riche de l'apport de l'ensemble de ses composantes.
Sur cette  exposition soutenu par le Ministère de la Culture, Ahmed Bouidi , président  de l’Association Bassamat , nous   a confié : « C'est avec un réel plaisir que  nous dédions  cette exposition   animée par les ateliers et les visites guidées  aux  artistes talentueux , en leur souhaitant  le bon succès  dans leurs  parcours créatifs. Nous avons tenu encore une fois  à rendre un hommage appuyé à ces artistes, tous styles et générations confondus,  qui n'ont  cessé d'œuvrer à la promotion de l’art contemporain, renforçant  son réseau  de circulation et de rayonnement. Nous mesurons à sa juste valeur l'importance du rôle que  l’art plastique    n'a cessé de jouer, en tant que partie prenante de l'action universaliste  dans la lutte pour la démocratie participative, et en apportant une forte contribution au processus d'édification du Maroc moderne.
A cet effet, notre association  poursuit sa marche soutenue et rationnelle sur la voie de la réalisation  des projets  culturels en partenariat avec tous les acteurs concernés à travers notamment une mise en œuvre optimale des  manifestations créatives dédiées  à la création au pluriel. Persévérant dans cette voie, notre association a  tenu à conférer  aux artistes une consécration événementielle  contre toutes les formes de discrimination".



.

لنشر جميع إعلاناتكم annachrapress@gmail.com

 
النشـرة الإخبـارية ـ جميـع الحقـوق محفوظـة 2018
الإخبـــاريـة 24
تم إنشاء الماكيت بواسطة Creating Website قام بالنشر Mas Template
موقـع النشـرة الإخبـارية