الرئيسية » » معرض للتشكيليين عبد الله علامي وفيليب فيريي في رواق القصبة بالصويرة

معرض للتشكيليين عبد الله علامي وفيليب فيريي في رواق القصبة بالصويرة

النشـرة الفنيـة..
تشكيــل
معرض للتشكيليين عبد الله علامي وفيليب فيريي في رواق القصبة بالصويرة

l’artiste en compagnie de Lhaj Kebir Attar, fondateur de la Galerie La Kasbah,
 et d’autres passionnés d’art
 ... L’œil et l’aiguille 
L’artiste pointilliste Abdellah Oulamie
  
Dans la cadre de son cycle «Expositions artistiques à titre de reconnaissance » initié à l’occasion de la Fête du Trône, la Galerie La Kasbah d’Essaouira  a abrité  dernièrement les œuvres expressives de   deux artistes plasticiens de renom: Abdellah Oulamine et  Philippe Veyrier. Cette exposition est dédiée à la mémoire de l’artiste Brahim Mountir (né à Tidzi, au pied de la montagne et au milieu des arganiers du pays Hahî).
Loin de toute tendance occidentalisée, la peinture minutieuse de l’artiste peintre Abdellah Oulamine s'inscrit dans une actualité intemporelle. Elle n'est pas à indexer à un quelconque courant de l’art  néo figuratif au sens conventionnel du terme. 
Hassan Moutaki
  
Ce plasticien chercheur  est hypersensible et très doué. Par ses études  des « connotations  rhétoriques de la forme  », il   capte et restitue en couleurs  alchimistes la beauté à la fois  apparente et latente des motifs, et ce dans une doigté  généreuse et fluidité chromatique surprenante. Il a bien voulu transgresser les canons classiques de la peinture figurative pour intégrer un espace d’expression plastique plus vaste et éloquent, celui de création merveilleuse et magico-poétique  en général.
Véritable figure  de la nouvelle sensibilité au Maroc, Abdellah Oulamine a dépassé à sa guise  l'esprit restreint de l'abstraction qui semble avoir atteint ses limites normatives, en remettant en question les mouvements expressionniste passés et présents. Son langage plastique engendre par son contenu fantastique  une nouvelle vision qui a eu dés le départ le soutien espéré des critiques d'art et d’esthètes. Le référent de 
base est souvent l'image de la forme en filigrane .



La dimension néo –expressionniste  de ses tableaux ne se borne pas à une simple énonciation anecdotique  mais implique la notion de rêve liée à celle de représentation subjective. Abdellah Oulamine   met  en toile les repères de notre mémoire tatouée. Il détourne le sens de ses scènes  insolites  qu’il perçoit et perturbe la lisibilité immédiate de son œuvre qui connote très souvent  la jouissance  les atmosphères humanisées.
L'élément référentiel de base est pour cet artiste   les traces de la mémoire ; les couleurs du rêve et la polyformité des points  agencés à travers un traitement stylistique évoquant la rhétorique  de la profondeur, de la transparence et de la substitution.
Dans  cette   nouvelle exposition la Galerie La Kasbah d’Essaouira   ,   Abdellah Oulamine nous invite  à contempler ses œuvres pointillistes dont l’élément focal est le sens fugace de la réalité et la métaphore du motif  qui ne perd pas son identité iconographique pour se muer en impressions étranges, à la limite de la visibilité connotative.
Avec ses aventures créatives, l’artiste  valorise et sculpte  la dimension profonde de « l’autrui,  le temps et le lieu », en mettant en relief  la  synthèse d’un long parcours artistique en termes de picturalité et de plasticité.  Son acte  visuel  est le faire –part d’une triple naissance : celle de la formation consistante, celle de la nouvelle démarche plastique et celle de l’interprétation fantaisiste de la réalité.  Dans ses toiles, Abdellah Oulamine s’exprime exclusivement par la force du trait et  le moyen de la couleur expressive qu’il pose sur  la toile en surfaces mouvantes, toujours composées des atmosphères allusives. Il atteint ainsi une dimension spirituelle particulièrement sensible.



Sur le parcours artistique de cet artiste  singulier, l’écrivain et ethnologue Abdelkader Mana  a écrit dans son bloc  (Rivages d’Essaouira) : «  Au début des années 1980, à Essaouira, Oulamine faisait partie du « groupe Kawki », un groupe informel de réflexion sur les arts plastiques, qui ne tarda pas à se disperser, faute de cadre institutionnel approprié. Cette première initiation à la peinture, Oulamine la compléta par de nombreux voyages, qui lui permirent de découvrir de nouvelles façons de peindre. Il pratiqua d’abord un pointillisme figuratif, inspiré de scènes insolites du bord de mer d’Essaouira et de l’architecture ocre des « kasbahs » du Sud. Le sablier du peintre immobilise des moments uniques – le saut d’un poisson en dehors de l’eau, la rumination d’une vache sur le sable, un plat de noyer magique sous un astre noir – et dépeint des situations à la fois étranges et poétiques, grains de sable, grains de peau, corpuscule de lumière cendrée, molécule d’air et d’eau. Le paysage est reconstitué à partir de ses composantes élémentaires ; plus on ajoute de nouvelles couches de petits points, plus il y a possibilité de combiner lumière et ombre, et de ce jeu se dégagent de nouvelles formes. Oulamine passe parfois des heures à remplir un petit espace de points et de formes minuscules. Avec une pareille technique, il ne peut pas réaliser de grands formats. Ses toiles sont à l’image d’Essaouira, qui est elle-même une jolie miniature. ».
ساهم بنشر المشاركة :

0 التعليقات:

إرسال تعليق

.

لنشر جميع إعلاناتكم annachrapress@gmail.com

 
النشـرة الإخبـارية ـ جميـع الحقـوق محفوظـة 2018
الإخبـــاريـة 24
تم إنشاء الماكيت بواسطة Creating Website قام بالنشر Mas Template
موقـع النشـرة الإخبـارية