الرئيسية » » Hommage posthume à l’artiste Ahmed Cherkaoui

Hommage posthume à l’artiste Ahmed Cherkaoui

الراحل احمد الشرقاوي وسط

النشـرة الفنيـة..
Ahmed cherkaoui

Seconde édition de la Rencontre Internationale des Arts à Bejaâd

Hommage posthume à l’artiste Ahmed Cherkaoui

A l'occasion du cinquantenaire  de la  mort de  l’artiste plasticien  de renom Ahmed Cherkaoui ( Bejaâd, 2 octobre 1934 -Casablanca, 17 août 1967) , précurseur de l ’art moderne au Maroc , l’association « Carrefour  Ahmed Cherkaoui des Arts Plastiques» organise  la seconde édition  de la Rencontre Internationale  des Arts   en collaboration avec   la Fondation Cultures du Monde, et  ce du  6  au 10  septembre 2017 à  Bejaâd, en partenariat avec  l’INDH, Ministère de la Culture et de la Communication, Conseil Communal de Bejaâd et la Province de Khouribga. Une initiative qui met  à l'honneur la place à la peinture et la création du Maroc, en immortalisant  les traces créatives de l'immense Cherkaoui.

النشـرة الإخبـارية

Cette belle expérience   est  initiée  aussi  en partenariat avec Come To My Home,  Instituto Di Skriptura A.S.B.L de Bruxelles, Fondation Ahmed Cherkaoui de l’art  contemporain à Tanger, Forum  des Marocains  à Chicago, Association Akouass  à Bejaad,  Zaouiya Cherkaoui  de Bejaad, Coordination  Marocaine des Associations des Arts Plastiques, Centre .Cinématographique Marocain
Cet  événement  se présente comme   un forum  culturel et artistique    à travers  les axes  suivants: Hommage à l’illustre peintre marocaine Chaïbia Tallal ( 1929-  2004 ),  tables rondes  sur  plusieurs thèmes  au centre culturel Ahmed Cherkaoui ( tourisme culturel, l’art et la spiritualité, le   rôle des rencontres et des festivals dans le développement  touristique) , projection des films en plein air  sur  Cherkaoui et Chaibia en face de municipalité , ateliers  de peinture   pour  enfant, ateliers de gravure, de musique et d’échecs pour enfants,  fresques  réalisées par les artistes plasticiens en ville , récital poétique et musical  de  Come To My Home au centre culturel Ahmed Cherkaoui,  tournois d’échecs, exposition collective marquée par la participation d’un grand nombre d’artistes marocains contemporains :  Abderrahmane Rahoule,  Mustapha Hafid,  Anna  Draus Hafid, Abdellah  El Hariri , Mohamed Zouzaf, Mohammed Mansouri Idrissi, Abderrahmane Ouardane, Abderrahmane Banana, Leila Cherkaoui, Wafaa  Mezouar, Farah  Chaoui et Rahima  Arroud .)


Il est à  rappeler  que  l’artiste Ahmed Cherkaoui (Boujad, 2 octobre 1934 - Casablanca, 7 Août 1967) est considéré comme l’un des précurseurs de la peinture moderne au Maroc. Issu par son père de la grande famille Cherkaoui dont un des aïeux, Mohamed Cherki, est un soufi célèbre, et par sa mère, qui meurt alors qu’il est encore jeune, d’un village berbère du Moyen Atlas, Ahmed Cherkaoui passe son enfance à Beni-Mellal. Il s’initie à la calligraphie et étudie le Coran puis poursuit ses études secondaires à Casablanca, approfondissant auprès d’un maître réputé son apprentissage de la calligraphie. Désirant partir pour Paris, il exécute différents travaux, panneaux publicitaires, affiches et peintures d’enseigne. Arrivé à Paris en 1956, Cherkaoui s’inscrit à l’École des Métiers d’Art dans la section arts graphiques où il étudie les techniques de la lettre, de la décoration et de l’affiche. Son diplôme obtenu en 1959, il dessine pour la maison Pathé Marconi les maquettes des pochettes de disques du département oriental. Ses premières peintures, figuratives, sont des paysages marocains. Il éprouve un choc lorsqu’il découvre la peinture de Bissière au Musée d’Art Moderne de Paris : « Lorsque j’ai vu Bissière pour la première fois, j’ai été tellement ému que j’ai pleuré. J’ai éprouvé un choc terrible devant ses œuvres. J’avais devant moi la beauté incarnée », confiera-t- il. La même année, il expose pour la première fois ses peintures, faisant le choix de la toile de jute comme support. En 1960 Cherkaoui entre à l’École des Beaux Arts de Paris. Associé aux peintres de l’École de Paris, il tente la synthèse entre les traditions artistiques populaires marocaines et la modernité artistique européenne. Il expose pour la première fois au Maroc, au « Salon de la jeune Peinture » de Rabat. Ayant reçu en 1961 une bourse d’un an pour étudier à l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie, sa peinture évolue au contact des recherches graphiques polonaises et son vocabulaire de signes s’enrichit. En juin, juste à la fin de son séjour polonais, il expose ses nouvelles œuvres à 
.Varsovie



De retour au Maroc en août 1961, Ahmed Cherkaoui traverse une période de doute et d’interrogations. Il s’intéresse alors au monde des signes, étudiant les graphismes des tatouages, des poteries. Bientôt il brise la structure de ces signes en les intégrant, en marge de toute allusion figurative, à ses compositions et se constitue son langage personnel. Participant à plusieurs expositions collectives, à Paris comme à Casablanca, il est encouragé par Gaston Diehl, président fondateur du Salon de Mai et alors attaché culturel auprès de l’Ambassade de France au Maroc. La même année Cherkaoui s’installe pour l’hiver à Paris où il travaille à une série de gouaches. En 1962 il présente une exposition personnelle et il participe à l’exposition « Peintres de l’École de Paris et Peintres Marocains » organisée par Gaston Diehl à Rabat. Invité au Salon de Mai il y rencontre Ludmilla qu’il épousera l’année suivante. Il fait également partie des expositions « École de Paris 1962 », à la Galerie Charpentier, et « Dix peintres du Maghreb », présentée en 1964 par Pierre Gaudibert à la galerie Le Gouvernail, avec Benanteur, Bouqueton, Guermaz et Khadda. Cherkaoui est par la suite présent dans de nombreuses expositions collectives notamment en France et au Maroc, mais aussi en Algérie, en Espagne, au Japon et en Suède. En mai 1965 il prend un poste de professeur de dessin d’art au collège d’enseignement technique de Beaumont-sur- Oise. Il participe en 1966 au  Festival International des Arts Nègres » de Dakar et à l’exposition « Six Peintres du Maghreb » à Paris, présentée en 1967 à Tunis, avec notamment Benanteur et Guermaz. Il envisage alors de rentrer au Maroc: « Je cherchais à Paris la célébrité, j’y renonce, je rentre au Maroc, je veux former les enfants de chez nous ; si nous voulons sortir du sous-développement, il nous faut tous mettre la main à la pâte ». À moins de trente trois ans il meurt à Casablanca des complications d’une crise d’appendicite. De nombreux hommages à Cherkaoui sont organisés dans les années suivantes. En 1991 une exposition « Peintres du Maroc : Belkahia, Bellamine, Cherkaoui, Kacimi », est présentée à l’Institut du monde arabe de Paris, qui réalise en 1986 une rétrospective « Cherkaoui ou la passion du signe ». « Enfant, ces signes l’intriguaient chez sa mère qui les portait sous forme de tatouages au visage et sur les mains. Il a fait des recherches à travers l’Atlas et dans différentes régions du Maroc (...). Il les admirés sur les poteries anciennes, les bijoux, les tapis, les cuirs des régions sahariennes (...). Il n’a pas reproduit le signe tel qu’il existait dans l’art traditionnel marocain, mais il l’a transposé par les moyens plastiques qui lui sont propres. (...) Il en a fait un langage pictural personnel, par la luminosité de la couleur, sa richesse, sa densité "
ساهم بنشر المشاركة :

0 التعليقات:

إرسال تعليق

.

لنشر جميع إعلاناتكم annachrapress@gmail.com

 
النشـرة الإخبـارية ـ جميـع الحقـوق محفوظـة 2018
الإخبـــاريـة 24
تم إنشاء الماكيت بواسطة Creating Website قام بالنشر Mas Template
موقـع النشـرة الإخبـارية